Rencontres amoureuses: 99 tasses de cafés

Publié le 10 janvier 2011 par editor

L’amour, nous cherchons tous à combler les vides que nous ressentons dans notre vie avec l’amour. Même l’homme le plus riche de la planète qui à la maison à Westmount, le condo dans les Bahamas, la villa au bord de la mer en Espagne et ainsi de suite, ne peut se sentir comblé et heureux s’il ne reçoit ou de donner pas d’amour. L’amour et le sentiment d’appartenance font partie de nos besoins fondamentaux et nul ne pourra se dire heureux s’il ne peut partager ce sentiment avec quelqu’un d’autre.

Comme la plupart des Montréalais qui habitent la ville à ce jour, j’ai migré de ma petite ville en région pour venir m’établir à Montréal. L’espoir de trouver du travail dans le domaine artistique et de me faire un nom ainsi que la mode, la beauté des gens et l’envie de rencontrer un prince charmant qui à du style mon tous pousser à venir m’y établir.

C’est alors que j’ai fait le saut, je me suis trouvé un travail dans mon domaine à Montréal, un endroit ou aller habiter jusqu’à ce que je me trouve un appartement et hop! J’étais sur le chemin de me réaliser. Il ne manquait plus que de trouver mon prince charmant.

Je ne pouvais pas compter sur mon travail pour rencontrer des gens puisque le pourcentage d’hommes qui s’intéressent aux femmes dans mon métier est tellement minime que nous pouvons le considérer inexistant. Alors, jeune et naïve, je rêvais de faire des rencontres sur la rue, dans un supermarché ou entre les rayons de livres chez Indigo. Mais même les week-ends les gens semblent pressé et ne sembles pas porter attention à ceux qui les entours. Je ne voulais pas faire adhérer à un site de rencontre, aussi naïve que j’étais je me disais que seuls les gens qui sont incapables de faire des rencontres en face à face y seront. Est-ce vraiment ce dont j’ai envie? Un homme qui ne sera pas capable de me regarder dans les yeux? Alors je continuais à me trouver des excuses pour faire des sorties au centre-ville par moi-même. J’allais prendre du soleil sur St-Catherine. J’allais prendre un verre dans le Vieux Montréal toujours en espérant de rencontrer. Toujours rien.

L’année passa et je n’avais toujours pas fait de rencontres. Je me rendis vite compte que j’étais une fille de petite ville avec des rêves de petite ville dans une grande ville ou les relations amoureuses sont perçues d’une façon bien différente qu’en région. On aurait pût dire que j’étais une pub pour la vente d’un tracteur qui aurait été mis dans le Elle Québec.

Tannée de passer mes week-ends seuls, tannée de vivre en solitude je me résolus à m’inscrire sur un site de rencontre local. Je les ais tout essayer, Réseau contact, Mon classeur, Do you look good?, Lava life, Singles.ca et match.com et voilà que commence le périple du tracteur dans la grande ville.

À Montréal , il paraît qu’avant de rencontrer l’homme idéal, une femme fera en moyenne 99 rencontres. Ouf! 99 rencontres c’est beaucoup! Ai-je vraiment la patience de passer à travers 99 rencontres différentes? Mais bon, commençons par le début peut-être que je serai une exception et que je trouverai l’amour du premier coup.

Peut-être pas non plus.

Partagez:
  • StumbleUpon
  • Facebook
  • Twitter
  • email

Voyez aussi:


L’amour dans le 514


L’amour dans le 514: L’amour sous toutes ses facettes


99 Tasses de Café: La fin pour numéro 5


À la recherche de l’amour : 99 tasses de cafés

Thumblated Related Post

Laisser un commentaire