99 tasses de café : Le numéro 14

Publié le 14 mai 2011 par editor

Thomas et moi passions beaucoup de temps ensemble et la synergie qui nous unissait était très cordiale.

Il était très attentionné et aimait arriver avec des petites surprises. Parfois il s’agissait d’un petit plat cuisiné par sa mère d’autre fois il s’agissait d’une petite friandise qui nous discutions avec une bonne tasse the thé.

Nous pouvions passer des heures à discuter et à rire. J’avais l’impression d’avoir rencontré un nouvel ami plus qu’un compagnon amoureux.

Je m’étais finalement retrouvée du travail ailleurs dans l’industrie de la mode. J’avais abandonné mon rêve, ma passion, mon amour pour me réorienter dans l’industrie du prêt-à-porter.

À mon nouveau emploi je fis la rencontre de plusieurs personnalité bien intéressante dont une qui semblait un peu trop attentionnée à mon gout.

Quatre mois passèrent et Thomas continuait de faire partie de ma vie. Nous nous voyions à fréquences de quelques fois par semaines il avait même rencontré mes copines qui l’avait trouvé un peu tranquille pour une fille comme moi qui aimait s’énerver en bonne compagnie mais il ne montrait pas de signes de désespoir lorsqu’il voyait que je sautais et que je dansais autour de lui.

Presque un an avait passé depuis ma rencontre avec Angelo le jour de mon anniversaire. Tout comme je pensais que mon cœur commençait à se remettre de ses émotions je reçu un appel pour mon anniversaire qui changea tout. Angelo était de retour et il demandait à me voir.

J’étais bouleversée, j’avais envie de le voir, j’avais envie de lui crier après pour avoir osée m’appeler, je ne savais plus quoi faire. J’avais l’impression qu’on rouvrait une plaie qui n’avait pas guérit.

Ce fut la fin pour Thomas. J’utilisai la plus petite situation pour mettre fin à ma relation avec lui.

Angelo me donna rendez-vous la semaine suivante. Le jour de notre rendez-vous je n’eue aucune nouvelles d’Angelo. J’essayai de l’appeler sans aucune réponse j’attendis. J’attendis toute la soirée sans aucunes nouvelles de lui.

Le cœur brisé je m’endormis à bout de larmes.

Le lendemain matin Annie me téléphona. Angelo était passé la voir à son atelier, il avait perdu son téléphone et n’avait pas été capable de me rejoindre. Il la supplia de lui donner mon numéro de téléphone. Elle avait refusé.

Je rentrai au travail ce matin le cœur gros. Je n’avais envie de parler à personne. J’entrepris de faire mes tâches avec ardeur jusqu’à ce que la journée se termine. Sur l’heur du diner mon collègue Styve vint me chercher pour m’inviter à diner.

Nous nous étions liés d’une belle amitié lui et moi. Il était attentionné et semblait avoir lui aussi passé un mauvais moment. Il venait de se séparer. Il avait une petite fille de deux ans et il avait du retourner habiter chez ses parents. Je ressentais beaucoup de compassion pour lui surtout qu’il me disait que son ex n’était pas très gentille avec lui.

Le reste de la semaine s’en suit et le weekend arriva.

Pour chaque journées qui passait, je lâchais prise de la peine qu’Angelo m’avait apporté et je redevins moi-même.

Nous étions vendredi soir et mes copines avaient décidé de célébrer mon anniversaire. Nous nous étions retrouvé dans un petit Restaurant de sur la rue Banantyne à Verdun et nous avions ris comme des folles.

Nous avions poursuivie la fête chez Annie jusqu’aux petites heures du matin.

Vers 22:30 Je reçus un appel sur mon portable. C’était Styve il voulait me souhaiter bonne fête et fini par s’inviter à notre soirée de filles. Annie avait sortie un jeu de parchésie et le niveau de stress commençait à monter. Nous pouvions entendre des cris et des rires tout au long de la partie. Styve arriva et se joint à la partie. Je lui avais cédé ma place pour le laisser jouer et j’avais pris le rôle du commentateur.

En rentrant à la maison Styve m’invita au cinéma au cours du weekend. J’acceptai.

Le weekend passa et je n’eu pas de nouvelles de Styve. Mais je ne lui tins aucune rancune je me dis simplement qu’il dut avoir un imprévu.

Partagez:
  • StumbleUpon
  • Facebook
  • Twitter
  • email

Voyez aussi:


99 tasses de café : Numéro 13


99 tasses de café: Le dilème


99 Tasses de café: on arrête à 11?


99 tasses de café : la continuité

Thumblated Related Post

Laisser un commentaire